PRIVATEERS NV
direction scientifique


Edmond Nezry

Edmond NEZRY est né à Toulouse, France, en 1958. Il reçut une formation en ingénierie aéronautique et en physique. Il obtint le DEA en techniques spatiales en 1988, et soutint sa thèse de Doctorat en Télédétection micro-ondes (radar) en 1992, à l'Université de Toulouse.
De 1988 à 1992, il fut assistant de recherche au Centre d'Etude Spatiale des Rayonnements (CESR, Toulouse).
De 1992 à 1993, il fut consultant indépendant pour diverses organisations, industries et universités en France, en Allemagne et en Italie.
De 1994 à 1996, il fut chercheur scientifique au Centre Commun de Recherche (Ispra, Italie) où il fut responsable pour l'introduction des données SAR ERS dans le Projet opérationnel de Statistiques Agricoles (MARS) de l'Union Européenne, et chargé de la partie traitement des images SAR du projet ERS-1 de mosaïque de l'Afrique Centrale (Projet CAMP).
Depuis 1996, il est chercheur scientifique à Privateers NV, une entreprise Néerlandaise spécialisée dans les applications à valeur ajoutée de la télédétection et en agro-météorologie. Il est le concepteur de produits spatiaux à valeur ajoutée et de services pour l'évaluation et le suivi des catastrophes naturelles. Il a conduit au succès la partie opérationelle de projets de télédétection temps-réel CNES/ESA en support aux secours après une catastrophe naturelle (hurricane "Mitch en Amérique Centrale, Nov./Dec. 1998; hurricane"Lenny" à la Guadeloupe, Nov. 1999; tremblement de Terre au El-Salvador, Jan. 2001), etc... Il a aussi contribué au développement à Privateers NV d'une technique nouvelle d'estimation précise du volume de bois sur pied par télédétection, pour les forêts tempérées ou tropicales.
Il est à présent chercheur scientifique à ParBleu Technologies Inc., une entreprise à valeur ajoutée Canadienne spécialisée en télédétection (recherche et applications).

Son champ principal d'investigation concerne le filtrage du speckle (cf. développement des filtres MAP du speckle), l'analyse de la texture et la détection des cibles artificielles dans les images SAR, la polarimétrie radar, l'analyse des séries temporelles SAR appliquée au contrôle de l'agriculture, de la forêt, des catastrophes naturelles, et la complémentarité entre capteurs.
Son champ d'intérêt s'étend également aux systèmes passifs de détection lointaine et aux systèmes de contrôle.

Il a à son actif plus de 140 publications techniques (articles, rapports, communications et monographies) dans ces domaines, et est membre des comités de lecture des meilleures revues dans le domaine. Il a aussi publié 14 articles en astronomie.
Il est principal investigateur ou co-investigateur de projets de recherche et d'application: JERS-1, TRMM, ALOS (Japon), ERS-1, ERS-2, ENVISAT (Europe), and RADARSAT-1 (Canada).
Il est membre du GEOS (Europe), de la "Planetary Society" (USA), de la "Optical Society of America" (USA), et Membre Honoraire des conseils de recherche de l'"American Biographical Institute" (USA) et du "International Biographical Centre" (Angleterre).


Iwan Supit

Iwan SUPIT est né à Eindhoven, Pays-Bas, en 1959. Il obtint un B.Sc. ("Bachelor of Science") en 1982, et un M.Sc. ("Master of Science") en 1984, à l'Université d'Agriculture de Wageningen (Pays-Bas). Il soutint sa thèse de Doctorat ("Ph.D.") le 7 Janvier 2000, à l'Université d'Agriculture de Wageningen.

De 1984 à 1986, il fut assistant de recherche au Centre de Recherches Agro-Biologiques (AB-DLO) de Wageningen aux Pays-Bas, où il travailla sur les modèles climatologiques qu'il introduisit dans les modèles de simulation de croissance des cultures.
De 1986 à 1988, il fut expert associé de l'Organisation Météorologique Mondiale (Genève, Suisse), à Niamey au Niger, où il fut chargé de la production des estimations de rendement du sorgho, du millet et du maïs pour la région Sahélienne, afin d'anticiper les carences en alimentation de base.
De 1988 à 1990, il fut expert associé du WMO à Quito, Equateur, où il assista l'équipe du Service Météorologique Equatorien (INAMHI) dans la gestion de bases de données, les recherches en phénologie du maïs, le zonage climatologique, et l'analyse statistique des données météorologiques.
De 1990 à 1991, il fut consultant pour le Service Météorologique Equatorien (INAMHI) pour le développement de logiciels d'analyse des données de jauges pluviométriques automatiques.
De 1992 à 1993, il fut consultant pour la "Food and Agricultural Organization" (FAO) au Bangladesh, où, en coopération avec une société de consultance en Informatique locale, il eut à concevoir, tester et développer un logiciel d'"acheminement à moindre coût". Ce logiciel calcule, pour chaque silo, les quantités de blé et de riz à compléter. Puis, il détermine quel est le moindre coût de transport de ces quantités depuis le dépôt central vers les silos, en considérant les différents modes de transport possibles. Ce logiciel est installé au Ministère de l'Alimentation.
En 1993, il fut consultant pour l' Organisation Météorologique Mondiale (WMO), Genève, Suisse. En coopération avec l'Institut des Applications de la Télédétection, Ispra, Italie, il a developpé un modèle statistique pour l'estimation des valeurs journalières de radiation globale. Ce modèle fait partie du système d'estimation des rendements des différentes cultures dans la Communauté Européenne.
In 1994, il fut consultant pour l'Institut des Applications Spatiales, Centre Commun de Recherche de l'EU, Ispra, Italie, où il prépara la description du modèle de simulation des cultures WOFOST tel qu'il est utilisé dans le Système de Suivi de Croissance des Cultures.
De 1995 à Janvier 1999, il fut assistant de recherche à l'Institut des Applications Spatiales à Ispra, Italie, où il a développé une méthodologie d'utilisation du Système de Suivi de Croissance des Cultures afin d'obtenir des estimations de rendement et de production pour divers types de cultures à l'échelle nationale pour tous les états membres de l'Union Européenne.
Depuis 1999, il est chercheur scientifique à Privateers NV, une entreprise Néerlandaise spécialisée dans les applications à valeur ajoutée de la télédétection et en agro-météorologie.
Il est à présent chercheur scientifique à ParBleu Technologies Inc., une entreprise à valeur ajoutée Canadienne spécialisée en télédétection (recherche et applications).

Ses principales spécialités sont: irrigation et drainage, climatologie, agro-météorologie, météorologie dynamique, et hydro-géologie.

Il a à son actif plus de 35 publications techniques (monographies, articles, communications) dans ces domaines.


Francis Yakam-Simen

Francis YAKAM-SIMEN est né à Yaoundé, Cameroun, en 1961. Il obtint deux maîtrises, en physique (1987) et en philosophie (1992) de l'Universite de Toulouse (France). Il obtint le DEA en techniques spatiales en 1988 à l'Université de Toulouse et soutint sa thèse de Doctorat à l'Institut National Polytechnique de Toulouse en 1994 où il se spécialisa en ingénierie.

Il est spécialiste en mécanique des fluides, en biophysique, dans le traitement d'image et les applications de la Télédétection.
Il est aussi spécialisé en épistémologie.
Francis Yakam-Simen a à son actif plus de 70 publications techniques (articles, rapports, communications, et monographies) dans ces domaines.

De 1988 à 1989, il travailla au Laboratoire d'Etudes et de Recherche en Télédétection Spatiale (LERTS, Toulouse) du CNES, le Centre National d'Etudes Spatiales.
De 1990 à 1995, il travailla comme spécialiste de traitement d'image en imagerie médicale.
Depuis 1996, il est chercheur scientifique à Privateers NV, une entreprise Néerlandaise spécialisée dans les applications à valeur ajoutée de la télédétection et en agro-météorologie. Il est le concepteur de produits spatiaux à valeur ajoutée et de services pour l'évaluation et le suivi des catastrophes naturelles. Sa contribution à la partie opérationelle de projets de télédétection temps-riel CNES/ESA en support aux secours après une catastrophe naturelle (hurricane "Mitch en Amérique Centrale, Nov./Dec. 1998; hurricane"Lenny" à la Guadeloupe, Nov. 1999; tremblement de Terre au El-Salvador, Jan. 2001, etc...) a été déterminante pour le succès de ces opérations. Il a aussi contribué au développement à Privateers NV d'une technique nouvelle d'estimation précise du volume de bois sur pied par télédétection, pour les forêts tempérées ou tropicales, ainsi qu'au développement de 8 nouveaux filtres du speckle pour les images SAR mono- ou multi-canal.
Il est à présent chercheur scientifique à ParBleu Technologies Inc., une entreprise à valeur ajoutée Canadienne spécialisée en télédétection (recherche et applications).

Il est principal investigateur d'un projet de recherche et d'application dans le cadre du réseau CAMP (Etude de l'Afrique Centrale par télédétection) de la CEE. Il est co-investigateur d'un projet de recherche et d'application ALOS (Japon).


Francis Zagolski

Francis ZAGOLSKI est né à Mazingarbe, France, en 1965. Il obtint la Maîtrise de physique à l'Université de Lille (France) en 1988, puis à l'Université de Toulouse il obtint le DEA en techniques spatiales et soutint sa thèse de Doctorat en techniques spatiales respectivement, en 1990 et 1994.

De 1990 à 1994, il fut chercheur assistant au Centre d'Etudes Spatiale des Rayonnements (CESR, Toulouse-France).
De 1994 à 1995, il fut post-doctorant au Centre National d'Etudes Spatiales (CNES) à Toulouse, France, où il fut en charge de la calibration interne d'un capteur SIR (Spectromètre Infrarouge) aéroporté.
Depuis 1996, il est chercheur scientifique à Privateers NV, une entreprise Néerlandaise spécialisée dans les applications à valeur ajoutée de la télédétection et en agro-météorologie. Il a fourni une contribution majeure à la définition de l'instrument MERIS et au développement de son segment sol; MERIS est actuellement en orbite, à bord du satellite ENVISAT de l'ESA.
Il est à présent chercheur scientifique à ParBleu Technologies Inc., une entreprise valeur ajoutée Canadienne spécialisée en télédétection (recherche et applications).

Son expérience englobe l'usage complémentaire des données de télédétection visible / proche-infrarouge et radar pour le contrôle de la végétation, l'étalonnage des scanners multispectraux, les modélisations atmosphériques et les méthodologies pour les corrections atmosphériques, et l'organisation des campagnes de terrain pour les expériences de télédétection. Il a ainsi de 1994 à 1998, en coopération avec une équipe Canadienne de recherche de l'Institut des sciences Terrestres et de l'Espace - Toronto, et CARTEL -Sherbrooke), participé au projet BOREAS (Etude Atmosphérique de l'Ecosystème Boréal).

Il a à son actif plus de 70 publications (articles et communications) sur ces sujets, et est membre des comités de lecture des meilleures revues dans le domaine. Il est membre de la Planetary Society (USA).